GHT

Groupement Hospitalier de Territoire de Lozère

Le Groupement Hospitalier de Territoire 48:

Un nouveau mode de coopération entre établissements du territoire !

 

L‘objectif du GHT48 est de garantir aux patients un meilleur accès aux soins en renforçant la coopération entre ses membres autour d’un Projet Médico-soignant Partagé.

Ce n’est pas un nouvel établissement, ni une fusion ; c’est un cadre conventionnel souple, fondé sur l’engagement de ses membres. Chaque membre conserve sa personnalité juridique et son autonomie fonctionnelle.

 

Les GHT sur le site du ministère des solidarités et de la santé

Les structures hospitalières et médico-sociales de Lozère ont signé le 27 mai 2016 la Convention Constitutive du GHT de Lozère. La mise en place de Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) est une des mesures de la Loi du 26 janvier 2016 portant sur la modernisation de notre système de santé.

                   

 

Le GHT de Lozère a choisi un modèle fédératif respectueux des identités et gouvernances de chaque membre. Il a noué dès son origine des partenariats forts avec le secteur du médico-social du grand âge et du handicap.

 

    • Ce Groupement se compose des structures suivantes :

 

                   

        • L’Hôpital Lozère est désigné comme Établissement Support. L'Établissement Support est chargé d'assurer certaines fonctions pour le compte des autres: stratégie d'informatisation, politique d'achats, formation, …
        • Les établissements ou les associations peuvent devenir acteurs du GHT sous différentes formes afin de rendre souples les actions communes.
        • Le statut choisi « Partie », « Associé » ou « Partenaire » engendre un engagement de nature plus ou moins intégrative.
        • Quelque soit le statut adopté, chaque membre conserve son autonomie budgétaire et décisionnelle.

Carte du GHT de Lozère

     

 

 Chiffres clés

  • CAPACITE en lits et places

     

 

  • ACTIVITES SPECIFIQUES (nombre de site) :

            Urgences :          1

            Réanimation adulte :      1

            Maternité niveau 2 :       1

            Samu :  1

            IRM :     1

            Scanner : 1

 

  • ACCES (temps entre les sites et l’établissement support) :

            Durée minimale de transport :   30 mn

            Durée maximale de transport :  1h20

 

Le GHT repose sur un Projet Médical Partagé

Le projet médical partagé définit la stratégie médicale commune des membres du Groupement. L'enjeu est de coordonner l'action des équipes médicales, pour une plus grande attractivité du secteur public, auprès des professionnels comme auprès de la population.

Au-delà du cadre formel du Projet Médical Partagé, c'est la volonté des équipes médicales de travailler ensemble qui assurera le succès de la démarche.

Le projet médico-soignant partagé à vocation à déterminer par filière une offre de proximité, de recours et de référence sur l’ensemble des activités. Il est mis en œuvre pour 5 ans.

  • Une offre de soins coordonnée

          Le GHT a pour objet de mettre en œuvre une stratégie territoriale de prise en charge commune et graduée du patient, dans le but d’assurer une égalité d’accès à des soins            sécurisés et de qualité. Ses objectifs :

    • Avec les hôpitaux de proximité
      • Redonner de la visibilité et une expertise de médecine et de SSR
      • Assurer une permanence de consultations avancées de spécialités
      • Assurer l’accès à des équipements de télémédecine
      • Partager le même Dossier patient informatisé (DPI)
      • Développer un réseau de PUI: coopération et pharmacie clinique
      • Coordonner l’encadrement soignant au niveau territorial

 

    • Avec les communautés médicales libérales (MSP, futures CPTS…)
      • Mettre en place des moyens modernes de communication des données de santé
      • Faciliter la coordination pour le maintien à domicile
      • Faciliter la coordination et accessibilité aux plateaux techniques pour les dépistages (ex. Campagne 2018 DIABSAT, ETP…)
      • Coordonner le suivi des maladies chroniques en lien avec projet des usagers
      • Développement professionnel: ouvrir aux RCP, RPU, formations…

 

  • Un partenariat renforcé avec le CHU

          L’élaboration du PMSP constitue une véritable avancée pour une offre de soins territoriale de qualité et sécurisée. Il va permettre notamment de construire des                              partenariats avec le CHU de référence pour développer une politique d’attractivité et de maintien des compétences médicales sur le territoire.

 

  • Les filières du PMSP du GHT48

          La filière est au cœur de l’élaboration des projets médicaux et soignants partagés. Cette approche par filière est la garantie que ces projets organisent l’offre de soins dans            une véritable logique de gradation des prises en charge.

 

         L’organisation en filières a vocation à proposer un parcours au patient:

    • Le plus simple,
    • Le plus structuré en termes d’accès aux spécialistes et aux plateaux techniques,
    • Le plus communiquant avec les professionnels de santé de la ville,
    • Le plus lisible et compréhensible par tous.

 

         Les 8 filières cliniques prioritaires suivantes ont été identifiées:

    • Personnes âgées et vieillissement
    • Personnes handicapées
    • Maladies chroniques et métaboliques
    • Cancers
    • Santé mentale, psychiatrie
    • Addictologie
    • Femmes, mères, couples et enfants
    • Santé des jeunes.

 

  • Les projets réalisés ou en cours

                            action réalisée (1)        action initiée (2)

    • En matière de dépistage, des actions de Télémédecine:
      • (1)Campagnes DIABSAT : 2 campagnes ont été organisées avec l’équipe DIAMIP du CHU de Toulouse. L’une du 15 mai au 30 juin 2018 visitant 17 communes avec le camion de dépistage ; 149 patients reçus. Cette campagne de dépistage, visant les complications du diabète, a été un succès tant en terme de collaboration avec les médecins traitants que de fréquentation de patients. L’autre en octobre 2019, orientée vers le handicap et dépendance ; 77 patients reçus. Cette campagne a montré le besoin dans les institutions du médico-social. Elle a bénéficié de la coordination par Handiconsult 48. L’Hôpital Lozère a détaché un de ses infirmiers qui a été formé pour réaliser les actes techniques.
      • (2)Le GHT poursuivra l’action de dépistage des complications du diabète par l’organisation sur site (unicité de temps et unicité de lieu) des 5 bilans réalisés par DIABSAT grâce à une réponse positive de l’appel à projet « Innovation et Pertinence des soins ». Ce projet concrétise également une articulation avec le programme d’ETP sur ce même site géographique. Cette activité débutera le 1ier octobre 2020 sur le site Gévaudan à Marvejols.
      • (1)Le programme d’ETP « Apprivoiser son diabète pour une vie sereine » autorisé est venu compléter l’offre à compter de janvier 2018. La prise en charge du diabète est aujourd’hui structurée sur le département et une communication a été réalisée lors du passage du camion DIABSAT dans les communes.
      • (2) La coordination des 7 programmes d’ETP sur le territoire ainsi que de nouveaux programmes introduits par extension géographique sont nos futures orientations. L’objectif étant là aussi d’atteindre plus de proximité sur la base des hôpitaux de proximité.
      • (1)Télé-imagerie : en place avec Cabinet privé I-Radiologie. L’HOPITAL LOZERE dispose d’un plateau d’imagerie assurant les 4 champs : imagerie conventionnelle, échographie, scanner et IRM. Il participe au réseau de dépistage du cancer du sein Gard-Lozère. Le recours à la téléimagerie permet de réduire ces coûts de remplacement. Il permet au total d’assurer les actes d’imagerie en consultation externe, la continuité des soins et également de compléter la couverture de permanence des soins. Un projet de téléimagerie est en cours avec le CHU Montpellier sur les spécialités.
      • (1)Télé-AVC : en place avec le CHU de Montpellier depuis avril 2017.
      • (2)Télé-odontologie : Projet visant une mutualisation de l’équipement et la formation d’un opérateur itinérant sur les EHPAD. La formation en soins bucco dentaire en EHPAD sera généralisée en parallèle.

 

    • Filière cancer:
      • (1)Consultations avancées sur les 4 hôpitaux de proximité
      • (1)Renforcement des hospitalisations directes en oncologie
      • (1)Formations – Informations à destination des libéraux
      • (1)Formation d’une infirmière de pratique avancée (oct. 2018 - juin 2020)
      • (2)Appui au partage des données dans le cadre du parcours cancer : partenariat ICM, CHU34, Hôpital Lozère en cours grâce à un AAP. Axe de collaboration identique à travailler avec le CHU de Clermont Ferrand (Centre Jean Perrin).
      • (1)Convention conclue entre ICM et Hôpital Lozère.
      • (1)Numéro portable dédié oncologie (SAV).
      • (2)Chirurgie du cancer : partenariat de formation continue avec le CHU de Montpellier.

 

    • Filière personne âgée:
      • (1)Consultations avancées de gériatrie organisées sur 4 sites.
      • (1)Création d’une HDJ à Mende.
      • (1)Promotion du recours à l’HAD en EHPAD.
      • (2)Projet de mise en route d’un Collège des Médecins Coordonnateurs territorial en l’absence d’association existante sur le territoire. Cette action vise à rompre l’isolement des MédCo et permettre un partage d’expériences et de problématiques. Finalité, harmonisation et généralisation des protocoles, soutien méthodologique aux projets. Ce projet est aussi dépendant de la mise en place de la GED qui sera l’outil de partage.
      • (2)Mise en place de la Télégériatrie. 1° Phase : déploiement sur 7 sites effectif. 2° Phase : déploiement sur 12 sites d’ici fin 2020. L’organisation médicale des requis mobilise les gériatres de l’Hopital Lozère, le gériatre du CH de Florac, le géronto-psychiatre de l’EPSM F. Tosquelles. L’usage a débuté mi-mai 2019 sur de la téléexpertise. Nous travaillons actuellement à pouvoir associer la pharmacie clinique à ce dispositif.
      • (2)Améliorer le dossier de soins en EHPAD: traçabilité versus coupes PATHOS
      • (2)Projet d’implantation d’une UCC Unité Cognitivo-comportementale à Mende.
      • (2)Astreinte IDE de nuit mutualisée en EHPAD. Certaines EHPAD du territoire sont intéressés par ce projet. Il fait écho à la problématique de la PDSA notamment avec la contrainte des distances. En 2018, la réflexion avait bien avancée sur le bassin de Marvejols. Ce travail avait mis en évidence des contraintes du territoire notamment par rapport au cahier des charges de l’appel à projet.

 

    • Filière handicap:
      • (1)Dispositif Handiconsult48 :

                   En novembre 2016, l’Hôpital Lozère a pu initié un circuit de consultations dédiées aux personnes en situation de handicap. Depuis la réflexion a été étendue aux                           personnes en situation de dépendance dans le cadre des actions du PMSP.

                   Une infirmière coordinatrice de parcours identifiée organise le parcours de soins personnalisé de la personne en situation de handicap, pour une consultation ou                           une hospitalisation avec pour objectifs :

        • Coordonner le parcours de soins entre les différents intervenants, services ;
        • Assurer la qualité et la continuité de la prise en charge ;
        • Veiller à l’accessibilité, au maintien de l’autonomie ;
        • Valoriser la place de l’aidant ;
        • Changer les représentations sur le handicap.

                   L’identification d’un interlocuteur privilégié, connu des établissements est un atout fort pour coordonner les parcours souvent complexes de cette population                                 vulnérable.

      • (2)Des actions étroitement travaillées avec les équipes du Clos du Nid :

                   Un programme d’échange de pratiques et de stages en immersion ont été élaborés. Ainsi, les professionnels de soins des établissements médico-sociaux du                                     handicap se plongent durant quelques jours dans le service d’urgence de l’Hôpital Lozère afin de prendre conscience des contraintes de ce secteur ; et inversement.                       Une harmonisation du Dossier de Liaison d’Urgence (DLU) a été co-construite ainsi qu’un accès au dossier patient informatisé.

 

    • Filière handicap-autisme

                  Une large réflexion est en cours au sein de la filière « Handicap, Autisme, Médicosocial » depuis sa mise en place dans le cadre du PMSP. Un COPIL spécifique                              Autisme s’est constitué. Il a permis :

      • (1)La constitution d’une Equipe 48 de diagnostic de TSA enfant et adolescent. Cette équipe pluridisciplinaire et pluri-institutionnelle est en place depuis le 15 mars 2019. Elle a pu voir le jour avec le soutien du CRA du Languedoc Roussillon. Elle propose des bilans complets en conformité avec les recommandations de bonnes pratiques professionnelles. L’objectif est là aussi d’offrir une réponse de proximité et réduire les délais dans la pose de diagnostic (délai actuel est de 446 jours sur l’antenne CRA Gard-Lozère => objectif proposer des réponses < 4 mois). Une évaluation à 1 an sera faite. Cette démarche proactive vise à atteindre à terme le « label » d’Equipe associé au CRA.
      • (2)Un projet de Plateforme d’orientation et de coordination des TND 0-6 ans a également élaboré. Le promoteur en est le CAMSP de l’HOPITAL LOZERE, associé à l’EPSM F. Tosquelles et à l’Association du Clos du Nid.
      • (1)Une campagne d’information à l’attention des professionnels dits de 1ière ligne « Autisme repérons les signes » a été organisée entre le 19 septembre et le 17 octobre 2019.
      • (1)Un groupe de travail « Autisme Adulte » est également en place. Deux axes de réflexion sont en-cours : « quelles offres construire pour nos handicapés vieillissants ? » et « comment repérer à domicile ou en institution les autistes adultes non diagnostiqués ? »

 

    • Filière Santé mentale et addictologie:
      • (1)Participation à l’élaboration du PTSM[1] de l’EPSM en articulation avec le PMSP
      • (1)Collaboration réactivée entre gériatrie et géronto-psychiatrie dans le cadre du projet UCC et de télégériatrie
      • (1)Convention sur le partage de données médicales au sein d’une équipe commune de soins dans le cadre de la prise en charge des urgences (accès au DLU et/ou navigation via portail informatique).
      • (1)Télé-psychiatrie : un système de visioconférence a été mis en place entre les sites de l’EPSM. Il s’agit du système choisi pour le territoire dans le cadre du SDSI[2].

 

    • En matière de démographie médicale:
      • (1)Définition des besoins en assistant à temps partagé
      • (1)Echanges Directions-PCME avec le CHU34.

 

    • En matière de coordination des soins:
      • (1)Création d’un poste d’IDE coordinatrice de parcours complexes suite à l’AAP de Janv. 2018. L’IDE recrutée sur ce poste prend en charge la coordination des parcours complexes en particulier pour les populations âgées et vulnérables afin de limiter les déplacements et organiser des parcours cohérents et structurés. La consultation infirmière sera ainsi développée afin de dégager du temps médical, transmettre des informations au patient, son entourage, le médecin référent ou l’établissement adresseur.
      • (1)Actions de promotion des IDE protocolées et de pratiques avancées. Cette action trouvera pleinement son développement dans les hôpitaux de proximité dans le cadre de leur nouvelle labellisation (Ma Santé 2022).
      • (1)Echange de bonnes pratiques : construction de programmes avec le secteur médico-soignant PH,
      • (1)Partage des actions ETP : mise en place de l’ETP Diabète 48 à Marvejols. Un travail d’extension géographique reste à conduire sur Mende et les hôpitaux de proximité.

[1] PTSM : Projet Territorial de Santé Mentale

[2] SDSI : Schéma Directeur des Systèmes d’Information

  • Les Achats :

          La politique achat est définie et validée en Comité Stratégique par les membres parties.

          La fonction achats mutualisée est assurée par l’établissement support pour le compte des établissements parties au GHT. Ses missions:

    • l’élaboration de la politique et des stratégies d’achat de l’ensemble des domaines
    • La planification et la passation des marchés
    • Le contrôle de gestion des achats

 

          Les objectifs visés:

    • une harmonisation des équipements et services au profit du projet médical
    • Des gains achats à travers les groupement de commandes.
    • Une mutualisation de la politique d’achat: accès à des maitrises d’ouvrage,...

 

  • Les Systèmes d’Information convergents :

          Le développement de filières de soins graduées entre établissement rend nécessaire le partage d’informations autour du patient pour améliorer et sécuriser les prises en              charges.

          La convergence des systèmes d’information des établissements parties au GHT vise à soutenir et à simplifier cette coordination des soins à l’échelle du territoire. Au-delà           du Dossier Patient Informatisé (DPI) cœur de métier, la convergence s’adresse aussi aux logiciels des fonctions supports (RH, finances, achats…). La mise en œuvre du SI           convergent doit intervenir avant le 1ier janvier 2021.

         Le dossier patient informatisé convergent devra permettre une prise en charge coordonnée du patient. Il devra intègre les principes suivants:

    • un identifiant unique
    • une uniformité de contenu
    • une accessibilité par les différentes équipes de soins en tout point du territoire
    • une alimentation par chacun des professionnels intervenant dans la prise en charge du patient tout au long de son parcours.

         Il s’agit d’une démarche progressive de co-construction avec les utilisateurs (médecins, soignants, personnels médico-techniques, administratifs…) sur l’ensemble de la               Lozère.

 

  • Le DIM de territoire :

         Un département de l’information médicale de territoire est créé et se substitue aux départements de l’information médicale des établissements parties.

         Ses missions:

    • Il coordonne les relations entre le DIM de territoire et les CME des établissements
    • Il prépare les décisions des CME afin d’assurer l’exhaustivité et la qualité des données transmises
    • Il participe à l’analyse médico-économique pour les projets médicaux et d’établissement
    • Il organise la protection des données médicales nominatives des patients
    • Il contribue aux travaux de recherche clinique, épidémiologique, informatique de santé et médico-économique des établissements parties au GHT.

        Ses travaux:

    • Harmonisation des pratiques de codages et des process de qualité et d’exhaustivité
    • Mise en place d’outils informatiques communs
    • Mise en place de formation-information commune pour les médecins et TIM.

 

  • Qualité et certification commune :

         La démarche de certification des établissements membres d’un GHT sera conjointe. Les visites seront organisées sur le 1ier trimestre 2023.

         La visite de certification s’effectuera pour chacun des établissements (une démarche par entité juridique) avec une décision pour chacun, puis une visite et une                               appréciation pour le GHT.

         Cela signifie le renseignement d’un compte qualité commun.

         A ce titre une Gestion Electronique des Documents (GED) commune est en cours de déploiement. Il s’agit l’application BlueKango.

        Le Projet Médico-soignant partagé inclut des objectifs en matière d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins, en lien direct avec la démarche de certification                conjointe dans laquelle les établissements doivent s’engager.

 

  • Coordination des formations:

          La coordination des instituts et des écoles de formation paramédicale du GHT et des plans de formation continue et de DPC sont assurés par l’établissement support.

          Sur la Lozère, un projet de rapprochement de l’IFSI et de l’ETES est engagé et a pour but de créer un établissement supérieur de santé lozérien. Il vise à préparer les                    futurs professionnels à travailler ensemble en particulier dans la prise en charge des personnes âgées et handicapées vieillissantes et d’autre part d’ouvrir un nouveau                  champ des possibles en terme de formation continue et initiale pour la population lozérienne.

         Le service RH de l’établissement support organise les formations de DPC communes.

 

  • Les autres mutualisations:

          Les établissements parties peuvent décider d’organiser en commun des activités: imagerie, biologie médicale, pharmacie, ainsi que d’autres mutualisations facultatives.

    • Pharmacie: ainsi le projet médical partagé comprend un projet pharmacie qui organise les coopérations entre les PUI du territoire.
    • Biologie : ainsi le besoin en biologie délocalisée d’urgence sera évalué sur les 4 hôpitaux de proximité
    • Imagerie : recours à la téléimagerie en complémentarité sur des niveaux d’expertise ; développement d’examens sous sédation en lien avec les filières : santé mentale, patient handicapé, personnes âgée.
    • Offre médicale: développement de consultations avancées, de la télémédecine.
    • CLIN, CLUD, COMEDIMS, CIV: s’organisent pour partager des protocoles et des audits.
    • Blanchisserie: cette fonction est assurée par le GIP Aubrac Gévaudan pour certains membres du groupement. L’EPSM de Lozère en assure la gestion administrative.
    • Hygiène: l’hôpital support constitue une équipe mobile d’hygiène pour intervenir dans les EHPAD du territoire.
    • Ressources humaines: certaines compétences techniques sont partagées (gestion des carrières, paye, veille juridique…)

Le pilotage du GHT est garanti par la désignation de l’HOPITAL LOZERE en qualité d’établissement support et la mise en place d’instances:

  • le Comité Stratégique, Président M. Jean Claude LUCENO. Propose les orientations dans la gestion, la conduite des mutualisations, et du PMP.
  • Le Comité territorial des élus, Président M.. Evalue les actions mises en œuvre pour garantir l’égalité d’accès à des soins sécurisés et de qualité sur l’ensemble du territoire.
  • Le Collège Médical de groupement, Président M. le Dr Didier PUTOD. Coordonne la stratégie médicale.
  • La Commission paramédicale de territoire, Présidente Mme Monique AKMEL-BOURGADE. Coordonne les soins et l’accompagnement des patients dans les filières de soins entre les membres.
  • La Commission des usagers de territoire, Président M. le Dr Didier PUTOD
  • La Conférence territoriale de dialogue social, Président M. Jean Claude LUCENO.
Taille de la police
Contraste